29 avril à 14H30

Le metteur en scène Gérard Gallego et la Fondation les Amis de l'Atelier vous invitent à découvrir le spectacle "bleu de mes rêves" dont les acteurs sont des personnes en situation de handicap mental et psychique, des travailleurs sociaux (éducateurs, psychologue…) et des comédiens professionnels.

Il sera présenté à Tours le 29 Avril à 14h30 et suivi d’une collation avec les acteurs au Centre de vie du Sanitas en collaboration de la Compagnie des 3 casquettes et avec soutien de la Ville de Tours.

Merci de réserver votre place (gratuite), de préférence avant le 20 avril, uniquement par mail à l’adresse suivante : s.dacosta@amisdelatelier.org. Pour tout autre renseignement, vous pouvez joindre le 06 62 73 29 23.

Note d'intention de Gérard Gallego

"En tant que metteur en scène, je sais que le contenu de chaque représentation du "bleu de mes rêves" sera unique. En effet, impossible ici de respecter l'un des principes constitutifs du théâtre : l'art de la répétition. Les personnes handicapées mentales ou psychiques ne fabriquent rien avec le temps… Ici peu de passé ou de futur tangible, elles sont dans l'urgence de l'instant présent. Elles ne peuvent qu'utiliser avec parcimonie les codes usuels que met en jeu le théâtre : la mémoire, la coordination corporelle, la concentration, les techniques de respiration etc. Les personnes handicapées mentales ou psychiques naviguent aux grès de leurs intuitions, habilement entre jeux et réalité, maniant parfois avec une certaine lucidité, la supercherie théâtrale. Comme Claire à propos de la différence, « On est tous diffèrent mais moi je suis vraiment différente car je suis née pas comme tout le monde, mes parents m'ont fait à l’envers… les pieds devant… »

Le texte du spectacle est constitué de ce qu'ils m'ont confié à propos de leur vie quotidienne, ponctué de souvenirs éparses dont on ne perçoit pas toujours les liens . Ils ont flirté entre joies et angoisses sur des thèmes aussi variés que la différence, la liberté, la sexualité. Pour les comédiens et les travailleurs sociaux qui jouent dans le spectacle, c'est une prise de risques troublante car il a fallu reconstituer ce puzzle de mots et d'expressions exprimés par chacun et source de surprises improvisées permanentes. « Envoyer sur les roses, c’est pousser quelqu'un dans les épines »

Pendant les «répétitions», les comédiens communiquent avec un autre langage, d'autres signes et partagent paradoxalement une langue unique et décalée pleine de poésie, qui nous bouscule car étrangère à nos codes et convenances. La puissance des émotions ressenties questionne simplement sur ce qui est «normal» ou ce qui «n’est pas normal».
Gérard Gallego