• Vous êtes ici :
  • Actualités
  • Les médecines alternatives : pour qui ? pour quoi ?

Les médecines alternatives : pour qui ? pour quoi ?

Les jeudis de la santé

Jeudi 19 novembre de 18H30 à 20H00

Cette conférence-débat ne sera pas ouverte au public mais uniquement retransmise sur la chaîne Youtube de la Ville de Tours.

Pictogramme langue des signes françaises Elle sera traduite en LSF.

 

Elle sera animée par le Professeur Philippe Colombat, Professeur en hématologie au CHU de Tours et Président de l'Observatoire National de la Qualité de Vie au Travail des professionnels de santé et du médico-social.

La première question qui se pose est l’ostéopathie, la mésothérapie l’hypnose, l’acupuncture sont-elles vraiment des "médecines alternatives" ?

Ne vaudrait-il mieux pas parler de "médecines complémentaires", de "thérapies complémentaires" voire de "pratiques de soins complémentaires".

Après avoir abordé leur classification et insisté que toutes ne sont pas comparables et devant le constat que, dans certaines études, plus de 60% des patients y ont recours dans certaines pathologies, il convient de réfléchir aux raisons pour lesquelles tant de patients se tournent vers elles : carence de la médecine traditionnelle, croyances, désir de mettre le maximum de chances pour guérir...

Pourquoi certains patients y ont-ils recours et d’autres pas ?

En fin de conférence sera abordée la notion de "médecine intégrative", très développée aux Etats-Unis, approche qui démontre que "médecine traditionnelle" et "médecines complémentaires" peuvent coexister et se compléter en amenant un bénéfice dans la prise en charge globale des patients.

Rendez-vous désormais incontournables, les Jeudis de la Santé sont des conférences gratuites et ouvertes à tous autour des grandes questions de santé qui vous concernent.

Contact e-mail : d.hamoumaamarvillar@ville-tours.fr
Tel : 02 47 21 66 37

Retour

Touraine, le département

S'abonner

Vous souhaitez être informé de la mise en ligne d'un nouveau numéro de la lettre d'information de la MDPH ou ne plus recevoir cette information, veuillez cliquer sur le lien ci-dessous  :

Lettre d'information